Press "Enter" to skip to content

La dette de la France s’enfonce dans le rouge

La dette publique de la France n’en finit pas de s’alourdir et ce n’est pas 2007 qui marquera un changement de cap, au contraire.

la France avait promis un retour de sa dette et de son déficit publics dans les limites acceptables après avoir été tancé par Bruxelles. Hors, c’était sans compter sur les nouvelles prévisions, alourdies par les dettes maquillées depuis des années de la SNCF. En effet, le ministère de l’Economie et des Finances a dû réintégrer la dette de la Société des chemins de fer dans la dette publique à la demande d’Eurostat, l’office européen.

La dette atteint le chiffre faramineux de 1 150,3 milliards et passe de 63,7 % à 64,2 % du PIB. A noter que le pacte européen autorise 60% au maximum! Le gouvernement va devoir continuer à vendre les meubles (sous-entendez privatisations) une habitude depuis les années Mitterrand, un fin gestionnaire comme tout le monde le sait…

La France ne tiendra pas son engagement de stabilisation de sa dette publique cette année, et qui devrait tourner autour de 65%. Comme par hasard, on compte équilibrer après 2012; après moi le déluge…