Press "Enter" to skip to content

Nicolas Sarkozy et ses comités

Comme nous le pressentions dans l’article (Nicolas Sarkozy recule sur la Turquie et soutient les Corses), Nicolas Sarkozy vient de lancer un nouveau comité dirigé par Michel Rocard.

Si le président compte reclasser toute la gauche, nous allons être submergé de ces fameux comités qui ont la particularité d’avoir à leurs têtes des gens qui ont été incapables de régler les moindres problèmes (où si peu) lorsqu’ils étaient aux affaires. Les français ayant voté comme on le sait aux dernières présidentielles, on peut s’interroger sur le retour de toutes ces personnalités de gauche sous la tutelle de Nicolas Sarkozy. Les français ne seraient-ils pas victimes une fois de plus de toute la classe politique ? Ce que nous dénoncions au fil des mois dans notre journal est en train de se produire une nouvelle fois. Comment expliquer cette belle entente, alors qu’il y a quelques mois ils se traitaient de tous les noms, expliquant au bon peuple que les idées des uns et des autres n’étaient pas compatibles. Ce qui se passe sur le plan national se reproduit à l’échelle européenne. Plus on fait adhérer de pays, plus les instances européennes deviennent importantes, plus la classe politique s’élargit. Nos dirigeants ont résolu en partie le chômage ; il faut faire de la politique !

Après Bernard Kouchner, Eric Besson, Jean-Pierre Jouyet, Jean-Marie Bockel, Fadela Amara, Martin Hirsch, Hubert Védrine, Jack Lang, Jacques Attali et Dominique Strauss-Kahn, c’est une nouvelle personnalité du socialisme français qui accepte la main tendue du gouvernement. Michel Rocard avait vertement tancé un Parti Socialiste qui « n’a plus rien à dire », et s’était récemment rapproché des « Gracques », ces socialistes qui prônent une alliance avec le centre.

Ce comité, qui sera placé « sous la haute autorité » de Michel Rocard, sera chargé d’« identifier les points de convergence et de divergence » entre le ministère et les forces syndicales enseignantes, majoritairement marquées à gauche. Ce livre vert devrait déboucher sur un livre blanc rassemblant les propositions du gouvernement à destination des enseignants. Pour les français, il reste le livre des réclamations, et comme le vert et le blanc, personne ne les lira…