Press "Enter" to skip to content

Bugaled, un juge donne raison à El Dia

Volià ce que nous écrivions lors du compte-rendu du BEA…

Bugaled Breizh, victime d’un grain de sable

Le compte-rendu du BEA, bureau d’enquêtes et d’analyses spécialisé pour expliquer particulièrement les accidents aériens, a rendu un rapport sur le naufrage du chalutier breton, le Bugaled Breizh. Les technocrates ne sont pas des pêcheurs, ni des marins, et si on demandait le curriculum vitae du personnel du BEA, on s’apercevrait que probablement pas un n’a mis les pieds sur un bateau… Une épave d’un voilier de vingt mètres coulée par trente cinq mètres de fond, était recouverte de filets, cordages, cables lorsque j’ai eu l’occasion de plonger dessus. Tous les marins connaissaient la zone pour tous y avoir laissé un chalut, et pour retrouver cette épave nous avons utilisé les services d’un chalutier remorquant les fers (chalut sans le filet) à vitesse normale de chalutage jusqu’à attraper l’épave qui a fait l’effet d’une ancre mouillée par l’arrière, et qui a stoppé notre bateau. Par contre en admettant que les mâts de l’épave soient toujours debouts avec les haubans et son gréement complet, qu’un seul câble du chalut se prenne dans le haut du mât lors d’un virage, le chalutier aurait pu être déséquilibré suffisament pour accuser une gîte importante, et qui par gros temps pouvait faire chavirer le navire. Où le Bugaled a sombré, y avait-il un mât, un arbre, un promontoir rocheux, ou une baleine coupant la route du chalut à 90° et prenant le câble à pleine bouche, à moins que ce ne soit un monstre marin des profondeurs qui aurait attrapé un des câbles avec son arrête dorsale??? le BEA, le Bureau à Etouffer les Affaires?