Jean-Marc Ayrault réélu, Le PS s’immobilise

Jean-Marc Ayrault a été réélu lundi président du groupe socialiste de l’Assemblée nationale. Arrivé en tête au premier tour, il occupe le poste depuis 1997, et était le seul candidat au second tour du scrutin.

On se souvient des lamentables interventions du député-maire de Nantes à l’assemblée, face au gouvernement De Villepin, et cette élection n’annonce pas le refondement du PS.
Considéré comme « royaliste » depuis la présidentielle, il avait recueilli 78 voix au premier tour.Venaient ensuite le fabiusien Philippe Martin, 38 voix, le jospiniste Jean Glavany 33 voix et Arnaud Montebourg 30 voix. Ce dernier, porte parole de Ségolène Royal, s’était ensuite désisté pour le futur vainqueur. Laurent Fabius à qui rien ne réussit avait renoncé.

Le PS aurait pu choisir une nouvelle tête, de préférence n’ayant pas soutenu trop ouvertement Ségolène Royal, pour indiquer à ses sympathisants que quelque chose était entrain de changer. En politique, on prend les mêmes et on recommence; on ne s’étonnera plus de faire de l’immobilisme…