Press "Enter" to skip to content

Jacques Chirac devant la justice, Secret Défense!

La justice, contrairement à ce qu’affirmait Robert Badinter, n’est pas la même selon qu’elle s’applique à un simple citoyen ou à un politique. Jacques Chirac, Dominique de Villepin et tous les autres nous ont habitué à cet état de fait. Ce ne sont pas les manchettes du Canard Enchaîné qui changeront les choses! Aujourd’hui, on parle d’une convocation de l’ancien Maire de Paris; pas dans les bureaux des juges comme un justifiable normal, mais plutôt dans un hôtel de luxe, où la conversation sera de bon ton et le champagne frappé comme il doit l’être.

Pour l’affaire Clearstream,
Vendredi soir, l’ancien président avait par annoncé qu’il ne témoignerait pas devant la justice « sur des faits accomplis ou connus durant son mandat », mais qu’il était prêt en revanche à s’expliquer sur les dossiers « antérieurs à sa prise de fonction en 1995 ». Pour justifier sa décision, Jacques Chirac « rappelle qu’aux termes de l’article 67 alinéa 1er de la Constitution, le Président de la République n’est pas responsable des actes accomplis en cette qualité ».

Quand on vous le disait que Chirac était irresponsable…

Selon la station Europe 1, des coups de téléphone auraient été échangés durant la semaine entre des membres de l’entourage de Jacques Chirac et les juges instruisant l’affaire Clearstream, Jean-Marie d’Huy et Henri Pons, qui auraient souhaité entendre l’ancien président dans les derniers jours de juillet La formule « auraient souhaité » est heureuse; enfin une justice humaine comme la souhaite Rachida Dati…