Press "Enter" to skip to content

Ségolène Royal, Hollande et le PS sont responsables des manifestations

Voilà un article que l’on peut lire dans « Libération », qu’apprécieront toutes les victimes de ces chrétins, ainsi que les démocrates. Laurent Jauffrin et son journal date de la splendeur bolchevique, et on comprend mal que l’héritier de la grande famille Rothschild continu à financer ces soixante-huitard attardés, surtout en totale contradiction avec les idées de Jauffrin qui est contre l’héritage……..

« l’élection difficile à digérer. Des manifestations anti-Sarkozy se sont poursuivies dans la nuit de lundi à mardi à Paris, Lille, Toulouse et Lyon, entraînant de nouvelles vagues d’arrestations. Il y a encore eu des voitures brûlées, 365 contre 730 la nuit précédente. A Lille, un hélicoptère de police a éclairé au projecteur le parcours des manifestants. A Lyon, deux jeunes jugés en comparution immédiate ont été condamnés à des peines de trois et six mois de prison ferme pour des «violences sur policiers» et des «dégradations». A Paris, à l’issue d’un rassemblement à la Bastille appelé par les étudiants de Tolbiac, un cortège d’«inorganisés» a provoqué d’importants dégâts, lundi soir, en remontant les rues de la Roquette et du Chemin-Vert. Vers minuit, près de 200 jeunes ont été interpellés à l’occasion d’un nouveau rassemblement improvisé sur les marches de l’Opéra Bastille. «On s’est fait encercler, raconte Mathilde, étudiante à la Sorbonne. Les CRS nous ont pris en étau sur les marches et ils nous ont fait monter dans des bus dix par dix. Les bus étaient blindés.» Les contrôles d’identité ont duré jusqu’à 4 heures du matin. «Au commissariat, il n’y a que les renois et les rebeus qui se sont fait menotter. Dans quel monde on vit ?» s’indigne Mathilde.

Sur le même sujet
Nouvelle manifestation anti-Sarkozy à Paris
«Tu te calmes, sinon t’es mort !»

Quinze jeunes ont été placés en garde à vue, tandis que ceux interpellés la nuit du second tour étaient présentés au parquet. Nicolas, jeune sympathisant socialiste arrêté place de la République, est ressorti libre du tribunal après vingt-quatre heures de garde à vue et une nuit au dépôt. Poursuivi pour «jets de projectiles», ce qu’il conteste, il sera jugé en juin. «J’étais en train de crier comme tout le monde quand trois CRS me sont tombés dessus, explique-t-il. Ils m’ont pris à la gorge, aspergé de gaz. J’ai été plaqué au sol et menotté dans le dos. Quand j’ai eu le genou d’un CRS sur la tête, ils m’ont frappé au visage en m’insultant.»
Dans le car, un manifestant colombien est en difficulté. «Les policiers lui ont dit : « Toi, si tu bouges, on te baise ta mère. » Le Colombien a hurlé : « N’insultez pas ma mère ! » Il s’est fait rouer de coups», témoigne Nicolas, qui va déposer plainte à l’inspection générale de services (IGS). Hier, un CRS a été légèrement blessé et deux jeunes interpellés lors d’échauffourées dans la cité de la Grande-Borne à Grigny (Essonne). Dans la soirée, 200 personnes s’opposaient aux forces de l’ordre à Lyon. A Paris, le maire, Bertrand Delanoë, a appelé «chacun au renoncement à toute forme de brutalité» .
Plusieurs assemblées générales sont prévues dans les facs aujourd’hui. Des appels à manifester le soir du 16 mai, jour de l’investiture de Nicolas Sarkozy, circulent sur le Net……..

Libération dans la forme qu’il donne à son article soutient implicitement ces pauvres types et pauvres filles, comme Ségolène Royal et Jean-luc Mélenchon l’avaient implicitement encouragé par des propos tendancieux. Libération rapporte des propos « invérifiables » des forces de l’ordre,
à ces petits chérubins, et on donne raison à Jauffrin! Policiers, parlez moins, et tapez plus fort…

Comme d’autres acteurs de la banlieue interrogés, Amar Henni n’a pas non plus apprécié les propos de Royal qui, le 4 mai, avait dénoncé les risques de «violences» et de «brutalités» que déclencherait l’élection de son rival : « Dire que ça allait péter, c’était inviter certains jeunes à le faire! »