Gauche, Centre, Droite, ils sont tous commerçants…

Le juge Courroye a suivi les réquisitions du parquet le 28 mars dernier, selon l’hebdomadaire Le Point. Des personnalités bien connues de la vie politique française figurent ainsi dans cette liste de suspects, notamment Jean-Christophe Mitterrand, fils de l’ancien président, l’ancien ministre de l’Intérieur Charles Pasqua, Jean-Charles Marchiani ex-préfet du Var, Jacques Attali, conseiller de François Mitterrand, l’ex-magistrat George Fenech député UMPet le prétendu écrivain Paul-Loup Sulitzer vont également comparaître, fin 2007 , pour complicité de commerce illicite d’armes. Ils sont soupçonnés d’avoir reçu des commissions de Pierre Falcone et de son associé, le milliardaire israélo-russe Arcady Gaydamak. Que du beau monde ! C’est par l’intermédiaire de la société Brenco, dont le siège était à Paris, et avec des financements de la banque Paribas, que Falcone et Gaydamak ont monté cette opération. Ils ont pu ainsi fournir au régime angolais une importante quantité d’armes, chars, hélicoptères, mines, lance roquettes et pièces d’artillerie, ainsi que six navires de guerre. Ces armes ont été envoyées, durant sept ans, de plusieurs pays Est-Européens, comme la Russie, la Bulgarie, la Pologne, la Bulgarie et le Kirghizistan, un marché qui a été évalué à près de 790 millions de dollars. Messieurs Falcone et Gaydamak ont fait des bénéfices de l’ordre de 400 millions de dollars sur les ventes d’armes à l’Angola. Ils ont arrosé plusieurs personnes qui auraient facilité les transactions, 2,6 millions de dollars à Jean-Christophe Mitterrand, qui on se souvient pleurait misère avec sa mère pour payer la caution et soutenu par le triste complice de Laurent Ruquier, Gérard Miller. 450 000 à Charles Pasqua, 380 000 à Paul-Loup Sulitzer, 160 000 à Jacques Attali, une des têtes pensantes de Francois Mitterrand .. Jean-Christophe Mitterrand a été emprisonné, pendant trois semaines, en décembre 2000 et janvier 2001. Il a été libéré contre une caution de 762 000 euros. L’accusation affirme qu’il a eu un rôle déterminant dans la mise en relation de Pierre Falcone et du régime angolais. Le fils aîné de l’ancien président de la République est soupçonné de complicité de commerce illicite d’armes et recel d’abus de biens sociaux, mais il nie ces accusations. Plusieurs personnes impliquées reconnaissent avoir reçu de l’argent, de la part du marchand d’armes, mais au titre de rémunérations pour des études et des conseils, un peu à la mode Huchon le président de la région Ile de France. Tous pourris, qui a eu cette idée saugrenue ? Simplement d’honnêtes commerçants qui commerçent dans le but d’aider l’Afrique à se développer… Ah si c’est une oeuvre, la justice devrait passer la main….