Press "Enter" to skip to content

Ségolène Royal, le magnétofemme

Ségolène Royal a entamé un monologue en réponse aux questions des journalistes. Refusant la moindre remarque au milieu de son discours de peur de perdre le fil d’une leçon apprise par coeur, elle nous aura expliqué que le temps des gens qui savent tout est terminé, mais de là à passer aux gens qui ne savent rien, il y a une marge. Tout au long de sa campagne, Ségolène Royal nous aura tout dit et son exacte contraire, on en veut pour preuve les trente cinq heures, le travail des enseignants et son opinion sur les chefs d’entreprises, et tout dernièrement sur l’identité nationale. La candidate du PS n’a pu expliquer ce que voulait dire « j’ai repris ma liberté » ni ses explications vaseuses sur l’identité national et pourquoi lorsque ses partisans chantaient la Marseillaise, elle s’abstenait. En fait on a compris qu’elle représentait le champ révolutionnaire et que c’était à elle qu’il était adressé, on ne peut pas être Dieu et ses saints. Exhortant la fierté nationale, Ségolène Royal ne doute pas un seul instant qu’elle sera la fierté du pays, rien que ça! Le plus important, c’est qu’elle reste la seule à le croire…