Press "Enter" to skip to content

Sarkozy contre le Canard et Libération

Le journal Libération dont on connaît le penchant s’est précipité à la suite de l’article du Canard Enchaîné pour chercher à nuire à la réputation du ministre de l’intérieur, avancant de faux arguments, au risque de faire de la désinformation, ce qui expliquerait peut-être les problèmes du journal. Il serait temps que le sympathique Laurent Joffrin, nouveau directeur repose les pieds sur terre… Bruno Parent, directeur général des impôts, ne voit rien d’arnormal quant aux déclarations effectuées en 2005 et 2006 par Nicolas Sarkozy. Concernant l’appartement de Neuilly, Bercy juge que l’estimation de la valeur vénale à laquelle Nicolas Sarkozy a procédé pour 2005 « n’appelle pas d’observation » et qu’elle est « cohérente » avec les prix du marché. L’évaluation retenue pour 2006 « correspond à l’évolution des prix constatée ». La dette déclarée par Nicolas Sarkozy au titre de son divorce d’avec sa première épouse « fait application des règles en la matière », selon M. Parent. Enfin, l’évaluation de la valeur des parts minoritaires de Nicolas Sarkozy dans sa société d’avocats « A. Claude et N. Sarkozy » faite par Bercy confirme la déclaration du président de l’UMP. Nous attendons avec impatience de savoir si Libération remet en cause ce témoignage, qui reviendrait à douter de l’administration fiscale, ou si le journal reconnaît avoir écarté sans vergogne la présomption d’innocence auquel à droit tout individu, même politique…