Press "Enter" to skip to content

Rebsamen défend l’indéfendable Ségolène Royal

On l’attendait, mais pas si tôt! Ségolène Royal ne tenant plus en place, a organisé un voyage au proche-orient qui tourne au fiasco! On se souvient de son entrée sur scène lors de son intrônisation, où elle avait refusé d’apparaîtrte au côté de Francois Hollande, s’adjugeant la victoire, et à elle seule! Pourrie de prétention, beaucoup au parti socialiste le disent, on en a eu la preuve ce jour là… Pour en revenir au Proche-Orient ou elle rencontrait des gens du Hezbollah, organisation terroriste, elle écoutait sans broncher ses interlocuteurs traîner dans la boue nos alliés Américains et Israëliens! Francois Hollande a bien tenté de désamorcer la polémique prétextant qu »elle n’avait pas tout compris du faît du traducteur… Pour une première visite à l’étranger, c’est réussie! DSK, comme Laurent Fabius se tiennent les côtes devant quelques intimes et prédisent de grands moments à venir; c’est tous derrière Ségolène au PS, mais on a le droit de rire. Les socialistes empêtrés dans la multitude des candidatures, ont voulus faire croire à un grand débat démocratique et transparent, alors qu’ils n’ont pas le courage de sanctionner Georges frêche, attendant les résultats d’une prétendue enquête afin de savoir si le président de région aurait bien tenu des propos que tout le monde a entendu! C’est que ce même président soutient Ségolène et que sa fédération est une des plus importantes. Depuis Mitterrand, on savait qu’au parti socialiste, la morale on s’asseoit dessus! Francois Rebsalem, directeur de campagne de la candidate socialiste balayait au grand jury RTL-Le Figaro-LCI les accusations de légèreté, voir de stupidité de sa pouliche, déclarant que le voyage au Proche-Orient était un grand succès, et que l’incident était clos??? Le flou de la politique économique se chiffrant entre 80 et 100 milliards, plus les bévues en politique étrangère, après Mitterrand, c’est Ségolène qui risque de coûter cher aux francais! C’est vrai que quand on aime, on ne compte pas…