Press "Enter" to skip to content

la 6° république

Quelques hommes politiques parlent d’une sixième république, mais en fait, en ne changeant rien, si ce n’est quelques aménagements, pour amuser la galerie…

Un véritable changement, pour quitter cette république bananière, c’est renvoyer tout ce monde politique à l’ANPE.

Un président qui n’aurait plus le faste actuel, mais le sérieux d’un Mendès, une galerie de ministres remisée au musée Grévin, les assemblées en salle de théâtre « affiché », une cour des comptes surveillant en permanence l’état, et son président, et des mandats raccourcis et non renouvelables…

Lorsque l’on voit Ségolène distribuant sa photo, à des bouseux du Pas de Calais, et Jean-Francois Copé faire de même à Lyon, on se dit que la sixième n’est pas pour demain, à la grande joie de cette faune politique.

Philippe Penciolelli